Nivelles - Namur - Esneux
0497 91 42 69
hello@successteam.be

 

   

 

 

Entreprendre Ensemble Autrement
 

La coopérative d’emploi est une entreprise où les associés sont des entrepreneurs salariés de leur propre activité économique. Ils sont des entrepreneurs autonomes au sein de la coopérative.

Cette formule d'entreprenariat vise des porteurs de projet qui souhaitent combiner autonomie et responsabilité sur leur métier avec le cadre (sécurisant) du statut de salarié et d'une structure juridique de gestion à dimension collective et solidaire.
La coopérative d’emploi est une nouvelle façon d’entreprendre; l’innovation réside dans le fait que différentes activités professionnelles se retrouvent au sein d’une même structure organisée sur un mode de cogestion.

Certains entrepreneurs, tout en ayant une bonne maîtrise de leur métier, sont parfois peu désireux d'administrer ou de gérer les aspects comptables et sociaux d’une entreprise et sont en recherche de soutien mutuel. C'est à eux que s'adresse la coopérative d'emploi :
1. des entrepreneurs qui veulent créer et développer leur projet entreprenarial dans un cadre coopératif de solidarité, au sein d'une structure leur offrant à la fois autonomie et le statut de salarié ;
2. des porteurs de projets issus de coopératives d'activités qui souhaitent poursuivre le développement de leur entreprise dans un cadre proche de celui qu'ils ont connu pendant la phase de formation et de test de celle-ci ;
3. des travailleurs perdant leur emploi en milieu de carrière; ils ont parfois peu de possibilité de se réinsérer dans un travail salarié et doivent, s’ils veulent sortir du chômage, créer leur propre activité. Néanmoins ils hésitent à le faire sous le régime d’indépendant pour des raisons tant culturelles que de sécurité. La coopérative d'emploi, au besoin après un passage en coopérative d’activités, peut se révéler être alors une excellente solution.


Avant son entrée dans la coopérative, le futur travailleur devra faire preuve d’un projet économique viable avec maîtrise du métier et perspectives concrètes de marché.

En devenant associé, chaque entrepreneur participera au capital pour un montant minimal.
Ses parts de coopérateurs serviront à financer son besoin de fonds de roulement et à couvrir les risques liés à son activité.

Certaines activités professionnelles seront actuellement exclues, par exemple celles nécessitant un enregistrement et / ou la constitution de garanties intervenant sur de longues durées (e.a. les métiers liés à divers secteurs de la construction) ou certaines activités pour lesquelles la garantie d’une assurance en responsabilité professionnelle serait impossible.


La coopérative offre à l’entrepreneur des outils de gestion pour lui permettre de développer son activité et d’entreprendre de manière solidaire.
Une structure managériale gère les lois sociales et la comptabilité (par l’intermédiaire d’un outil performant de comptabilité analytique lié à d'efficaces et clairs tableaux de bord de gestion).
Les différents entrepreneurs réunis au sein de la coopérative étant des salariés, ils auront un revenu soumis à l’ONSS et au précompte.

Chaque travailleur engagé signe deux documents : un contrat de travail, dont le salaire sera aligné au minimum sur les salaires de la commission paritaire,
et une convention de partenariat en résidence visant au respect de l’engagement individuel du travailleur quant aux dispositions légales de l’activité, aux assurances obligatoires, etc.
Le travailleur pourra alors se consacrer pleinement au développement de son activité, ayant confié à la coopérative l’ensemble des démarches administratives et comptables.

Les ressources issues de l'activité d'un entrepreneur sont affectées :
– A la couverture de ses charges salariales
– Au remboursement des frais engendrés par son activité professionnelle, comme les frais de transports, de consommables de bureau, de formation, d’utilisation de matériel informatique et / ou technique appartenant à l'ER, de frais de gestion, etc.
– A la constitution du fonds solidaire, du fonds social et du fonds de roulement.
– Le solde fera l'objet d'une adaptation ou d'une prime salariale.


Bien que salarié de la coopérative, chaque travailleur restera responsable, dans le respect des règles de la convention de partenariat, du développement de ses activités : quantité, durée du travail, tarification, etc.
Il peut décider de limiter ou d’augmenter son temps de travail et en assume les conséquences sur la variation de son revenu professionnel.

Une assurance « responsabilité civile » entreprise doit couvrir tous les travailleurs.
Une assurance « responsabilité professionnelle » couvre, quant à elle, l'activité spécifique de chaque travailleur.